Annuaire
professionnel

 Hébergements
en Guadeloupe

Location voitures
en Guadeloupe

 Carnaval
en Guadeloupe

Météo
en Guadeloupe

 Infos Pratiques
sur la Guadeloupe

Transat ag2r   Concarneau / St. Barth

Départ de Concarneau le 6 avril 2014 à 13 h 00

  • Le record est détenu par Kito de Pavant et Pietro D’Ali qui, en 2006, ont mis
    19 jours 22 heures 24 minutes et 30 secondes

PARCOURS :

  • Distance : 3890 milles
    Départ de Concarneau,
    Marque de passage à la Palma (Canaries) :
    la position sera précisée au plus tard dans les instructions de course.
    Arrivée à Saint Barthélemy.

Arrivée


Podium

SAFRAN - GUY COTTEN 
Gwenolé Gahinet - Paul Meilhat

22 jours, 6 heures, 17 minutes et 59 secondes 
1  

 

SKIPPER MACIF 
Fabien Delahaye - Yoann Richomme

22 jours, 7 heures, 24 minutes et 52 secondes

2  

 

30 CORSAIRES 
Alexia Barrier - Laurent Pellecuer

22 jours, 7 heures, 54 minutes et 56 secondes

3  

 

2 Equipages gadeloupéens engagés :

Guadeloupe Grand Large N° 34

Guadeloupe Grand Large N° 36


   
 

MATHIEU FORBIN  

ARTHUR PRAT

FRANCOIS GUIBOURDIN

THOMAS NICOLAS

Arrivé 13ème le 02/05/2014 à 02:14:29
en 25 jours, 13 heures, 14 minutes et 29 secondes
à la vitesse moyenne de 6.34 noeuds.


 
Arrivé 9ème le 30/04/2014 à 07:12:07
en 23 jours, 18 heures, 12 minutes et 7 secondes
à la vitesse moyenne de 6.82 noeuds.
 

02/04/2014

Mathieu Forbin : « Aujourd'hui la région Guadeloupe, le premier centre de formation l'a fait ! Il y a dix neuf mois, on ne savait où on allait, on est fier avec Arthur. Nous ne sommes pas tout les deux, nous sommes neuf à avoir été formés. Je peux vous dire que c'est une très grande expérience de traverser l'Atlantique. Tout ce monde, c'est magnifique, magnifique, magnifique ! On a pris la route nord, ce n'était vraiment pas de tout repos. Mais il y a avait un choix à faire. Nous étions deux bateaux, tous les deux derrière. Nous en avons discuté tout les quatre. Un à gauche, un à droite, et au moins il y en aura un dans les dix premiers… Bravo à Guadeloupe Grand Large, à toute l'équipe ! Merci à tous d'avoir cru en nous. Nous sommes là tout les quatre et l'aventure ne s'arrêtera pas là. Il y a trois jours, j'ai lâché toutes les larmes qu'il y a avait dans mon corps, aujourd'hui, j'ai beaucoup de plaisir à arriver et je garderais en tête tous les super moments que nous avons vécu… J'espère qu'il y en aura d'autres. »

  • 15/04 - 18h00 - « Ça va ! Il fait beau, il y a du soleil, des dauphins, mais pas de vent… On est dans une pétole, on vient de redémarrer, il y a une heure mais depuis la fin de matinée, on n'avance même pas à un nœud. C'est un peu prise de tête. La mer est d'huile, je pourrais même me baigner et remonter dans le bateau. Il n'y avait rien du tout, même pas pour gonfler les voiles. C'est un peu usant pour les nerfs oui, ce n'est pas favorable pour nous parce que nous, derrière, on est dans la pire des situations à chaque fois.
    Le but c'est de glisser pour aller le plus possible dans le sud et récupérer l'alizé. On s'est démarqué de Guadeloupe 1 oui, mais il le fallait à un moment donné, ils sont passés au nord, nous on part au sud.
    Mais on n'est pas déprimé, on n'est pas en phase malheureux. On est là pour faire cette transat, on passe du bon temps à bord. »
  • 15/04 - 10h00 François Guibourdin et Nicolas Thomas ont mis 8 jours 6 heures et 48 minutes pour atteindre le tournant des Canaries, au terme d'une approche douloureuse dans des vents très faibles. L'écart avec le leader est d'1 jour, 5 heures et 12 minutes.
     

 

  • 14/04 - 20h00 vient de passer la marque virtuelle des canaries
  • 14/04 - 12h00 vient de passer la marque virtuelle des canaries
  • 14/04 - 09h59 « Nous sommes proches du way point. Nous sommes contents car ce matin je suis monté dans le mât parce qu'il y avait pétole, pour passer une nouvelle drisse. Ca, c'est fait ! On va pouvoir attaquer les alizés avec deux belles drisses toutes neuves. En ce moment, nous planchons sur la météo de l'Atlantique. On regarde la tête de flotte, mais tous sont partis en éventail. Il y en a vraiment pour tous les goûts, donc il va falloir tout de même faire un choix.
    Sinon, ce matin des orques nous ont accompagnés. C'était très impressionnant. C'était un beau lever de soleil, et là ça fait du bien de voir la terre. Nous nous sentons reboostés avec le soleil et la température qui monte. Je suis en short et petite polaire.
    Loriententreprendre nous a appelé ce matin pour nous demander si on n'avait pas de pièces de rechange. Ils n'arrivaient pas à redémarrer leur moteur mais finalement ils y sont arrivés tout seuls en bricolant avec la pompe de cale…
    Je voulais juste dire un mot, un grand merci à nos préparateurs et à tous ceux qui nous ont entourés dans ce projet !!! »
     
     

 

  • 12/04 - 13h21 MATHIEU FORBIN : "NOUS AVONS ENVIE D'AVANCER, D'OPTIMISER AU MAXIMUM LE BATEAU"
    Mathieu Forbin : "Nous avons envie d'avancer, d'optimiser au maximum le bateau"
    « Le tandem fonctionne bien, nous sommes tous les trois, avec le bateau, en forme. On apprend le large, doucement, on essaye de comprendre les évolutions météo… Les conditions en ce moment, c'est particulier, nous sommes au près avec 10-12 noeuds de vent, parce qu'il y a eu une rotation il y a deux heures.
    Arthur et moi, on est frustrés parce que la première nuit, on était au combat avec les autres. Ensuite, nous avons mal géré la sortie du front, et là on essaie de rattraper la tête pour rester dans le match. Nous faisons de notre mieux, on a eu des petits soucis techniques. Nous apprenons le bateau, et nous nous mettons au combat pour remporter le Trophée de la Performance. Arthur est monté dans le mât pour la drisse. On n'a qu'une seule drisse pour le moment, on va trouver un autre moment pour passer la deuxième.
    Nous nous alimentons correctement, nous mangeons bien le matin. On fait de bons quarts, on essaye de barrer au maximum. On continue à fond, on ne lâche pas l'affaire !
    Pour moi c'est un challenge. Mais tous les deux, nous nous sentons très à l'aise en ce moment, nous avons envie d'avancer, d'optimiser au maximum le bateau. Arthur est un compétiteur, moi aussi, et ça nous booste que Guadeloupe Grand 2 ait remporté le challenge deux fois. »
     

 

  • 08/04 - Bonjour à tous !
    A bord du Figaro 34, Mathieu et moi récupérons petit à petit. Aujourd'hui grand soleil, on avait presque oublié ce que ça faisait ! Les deux premières nuits ont été éprouvantes : surveiller les cargos (une véritable autoroute qu'est l'axe Ouessant/Finisterre), rester concentré sur les réglages, changer de voile, vérifier la météo, vérifier la position des concurrents, manger/vomir, éventuellement dormir etc... Mais on s'en remet petit à petit. On donne beaucoup pour contenir, voire réduire l'écart avec l'avant de la flotte.
    La route est encore longue, nous restons en embuscade. Le mot d'ordre de la transat "kimbé red pa moli..." (Tiens bon accroche-toi ! NDLR) Arthur
     
  • 10/04 - Nicolas Thomas :
    "Nous ça va, c'était un peu trop tendu cette après-midi pour te téléphoner. Désolé. Pas mal de vent et de mer sous spi.
    Sinon, hier après-midi petite galère avec le spi pendant 30 min avant de réussir à le ramener. Du coup, on est resté sous génois jusqu'en début d'après-midi aujourd'hui. Puis tout à l'heure en début de nuit, le spi lourd qui se déchire. On verra demain pour réparer. Donc, là on navigue encore sous génois. Avant ces déboires, on a fait de belles pointes de vitesse avec des moyennes sous spi à 18-19 nœuds. Merci pour les encouragements. Bonne nuit à demain. biz ».
  • Position : 13 eme
  • Position : 14 eme
  • Arthur Prat : "Un peu malade les 24 premières heures et quelques problèmes d'informatique mais tout rentre dans l'ordre".
  •  

 

 

BREVES

 


Dimanche 27 avril  05h41

  • Ambiance des grands jours en ce moment à Gustavia, selon les organisateurs de cette course. Le village est désormais ouvert depuis hier soir 19, heure locale. Le premier équipage, peut-être le Safran-Guy Cotten, va couper la ligne dès lundi après-midi. Dans les 24h qui suivent, ils devraient être sept à en faire autant. Toujours classés respectivement en 9 ême et en 13 ême position , les équipages de Guadeloupe Grand Large pourraient être à Saint-Barth en milieu de semaine.
  • Le chasseur et le chassé
    Derniers milles entre deux concurrents résolument décidés à se donner à 200%. Joints à la vacation hier soir à 19 h (heure locale, soit 1 h du matin heure française), Gwénolé Gahinet (Safran-Guy Cotten) et Yoann Richomme (Skipper Macif) n'ont pas vraiment la même vision. Le premier est confiant, le deuxième veut d'abord sécuriser sa place de deuxième. Tension et stress avant le dénouement lundi à Gustavia...

Samedi 26 avril

  • JOUR 20 - Un duel énorme
    Plus que 500 milles avant Saint Barth. Deux jours et demi de mer. Et la bagarre est énorme entre les deux bateaux de tête. Skipper Macif est toujours aux avant-postes ce matin, mais Safran - Guy Cotten a profité du black out de la nuit (pas de position) pour revenir dans son tableau arrière. Moins de 2 milles d'écart entre les deux rivaux après 20 jours (3390 milles) de course ! Lundi après-midi, devant Gustavia, la victoire se jouera à l'arraché…

Vendredi 25 avril

  • JOUR 19 : A 700 milles du dénouement
    En ce 19e jour de course, les équipages comptent maintenant les nuits qu'il leur reste en mer. Pour le quatuor de tête emmené par Skipper Macif, la ligne d'arrivée devant le port de Gustavia est annoncée lundi en fin d'après-midi (heure locale). Il leur reste donc trois nuits. Trois nuits à ne pas compter les heures de sommeil, trois nuits à faire corps avec le bateau et le vent, trois nuits à performer. Ce matin, 620 milles séparaient Skipper Macif de Guadeloupe Grand Large 1. Autant dire que chaque jour de la semaine prochaine comptera des arrivées…Le vent commence à mollir

Jeudi 24 avril

  • Il reste aux 13 équipages moins de 1000 milles à parcourir jusqu'à Saint-Barthélemy. Handicapé par son safran bâbord sérieusement endommagé suite à la rencontre avec un OFNI hier après-midi, Scutum poursuit sa route avec une vitesse honorable de 10 nœuds. Devant, les bateaux de tête se livrent à une bataille d'enragés. Skipper Macif allonge la foulée et semble avoir trouvé le bon réglage pour contrer son adversaire le plus proche, Safran-Guy Cotten. Le jeu consiste à se placer le mieux possible pour aborder l'arc antillais sous le meilleur angle. « Il faut gagner petit » expliquait Fabien Delahaye (Skipper Macif) à la vacation de 5

Mercredi 23 avril

  • JOUR 17 - 5 jours pour faire la différence
    La tête de course va bientôt passer la barre symbolique des 1000 milles avant l'arrivée. Pour les prétendants à la victoire et au podium, les 48 prochaines heures au vent arrière seront essentielles. Pendant ces deux jours, tout le jeu consiste à descendre dans le sud pour conserver du vent frais, sans trop s'écarter de l'objectif : la ligne d'arrivée à Port Gustavia. Generali tient toujours les commandes. Skipper Macif et Safran-Guy Cotten s'échinent dans leur duel. 30 Corsaires menace dans le sud. Il leur faudra tout donner dans les 5 prochains jours pour faire la différence.
  • Scutum a heurté un objet flottant. Safran bâbord endommagé
    Message reçu à l'instant de Scutum : « Salut, on vient de heurter un truc à 12 nœuds. Bilan : un pet dans le voile de quille, mais surtout le safran bâbord cassé à moitié.
    Je viens de passer une demi-heure dans l'eau pour décoller la stratification , je me suis blessé aux mains et un peu partout sur le corps avec les morceaux de strat'. Pour finir, Jeanne a eu une bonne idée de plus en me passant un bout que j'ai amarré au morceau de strat' et elle a winché. Maintenant, nous remettons en marche (lente) en bâbord pour aller plus loin dans le sud.
    Avec la strat' décollée à 45 degrés, le bateau était incontrôlable. Voilou, on pense faire route vers Saint Barth et arriver un peu en retard pour l'apéro.

Lundi 21 avril

  • NUIT NOIRE SUR ROUTE MAL PAVÉE - « Ca tartine », « C'est viril ! », « C'est un champ de mines » racontaient cette nuit les marins de l'option sud à la vacation. La flotte de la Transat AG2R LA MONDIALE menée au classement provisoire par le tandem Nicolas Lunven/ Eric Péron (Generali) poursuit son avancée vers Saint-Barthélemy sous deux régimes encore bien différents. Les Sudistes, poussés par un alizé fort et instable, engrangent les milles (254 milles parcourus depuis hier matin pour Generali), tandis les Nordistes avancent presque deux fois moins vite et tentent de rejoindre à coups d'empannages un vent de nord-

Dimanche 20 avril

  • JOUR 14 : LA CHASSE AUX NŒUDS. Au Nord comme au Sud, pas de trêve pascale en ce dimanche de Pâques. Il reste 1 700 milles à parcourir jusqu'à l'arrivée à Saint-Barthélemy. 1 700 milles, c'est beaucoup, et les équipages, partis il y a deux semaines jour pour jour de Concarneau, commencent à trouver le temps long, à fatiguer physiquement. Ce matin, les sudistes naviguent dans des conditions toniques où il faut sans cesse régler le spi et barrer suivant le rythme des vagues, tandis que les nordistes pestent contre ce vent de nord-nord-est trop mollasson à leur goût.

Samedi 19 avril

  • LA FLOTTE ENTIÈRE SOUS SPI AUJOURD'HUICe matin, les 13 équipages de la Transat AG2R LA MONDIALE encore en course naviguent enfin sous spi. Un soulagement pour les nordistes. Les sudistes, eux, poursuivent leur folle cavalcade dans des alizés soutenus.

Vendredi 18 avril

  • 23h40 - DÉMÂTAGE DE GEDIMAT
    hier soir, la direction de course de la transat AG2R LA MONDIALE s'aperçoit que la vitesse du bateau Gedimat est anormale et se tient en veille. Quelques minutes plus tard, à 00h08, l'explication tombe de la bouche du skipper de Gedimat, Thierry Chabagny : "le bateau a démâté vers 21h TU (23 heures HF, ndlr)". Le monotype progressait alors dans des conditions maniables (15 à 18 nœuds d'ouest avec une mer peu agitée) à 615 milles dans le sud ouest de la Palma. Thierry Chabagny et Erwan Tabarly ne sont pas blessés. Ils ont pu ranger le pont et récupérer une partie du mât.
  • 19h00 - Les 14 duos ont déjà englouti la moitié du parcours de cette 12e Transat AG2R LA MONDIALE. Et en dehors des coups de fatigue et des baisses de moral pour les partisans de l'option nord, les équipages se portent bien. Il leur reste 1970 milles à parcourir, soit moins de 10 jours pour rallier Saint-Barth. Pour les sudistes : un bord unique dans les alizés. Pour les nordistes : une route plus sinueuse, plus complexe et plus douloureuse.
  • 16 h.  Le bateau le + rapide de la flotte est GuadeloupGL2 (10.62 nds)
  • Cette nuit, au Nord comme au Sud, les 14 équipages n'ont pas chômé. Poussés par un alizé soutenu, les Sudistes ont empanné et travaillé sur les placements, tandis que les Nordistes ont viré, matossé, réglé pour contrer les bascules d'un vent toujours aussi mollasson. Ce matin, l'Atlantique est le théâtre de belles bagarres même si pour les bateaux du Nord, les chances d'arriver premiers à Saint-Barth diminuent.

Jeudi 17 avril - 06h56

  • JOUR 11 - A L'OUEST RIEN DE NOUVEAU, AU SUD ÇA GLISSE...
    Les partisans de l'Ouest naviguent encore penchés par 15 nœuds de vent d'ouest. Les Sudistes sont dans les alizés, tribord amures sous spi, les étraves pointées vers Saint-Barthélemy. Cette 12e édition de la Transat AG2R LA MONDIALE sera sans doute à marquer d'une pierre blanche tant les chemins empruntés divergent. Les marins eux-mêmes s'en étonnent et s'en amusent, car rien ne dit encore laquelle des deux options va l'emporter : « On s'en remet au destin ! » lançait ce matin à la vacation de 5 heures Thierry Chabagny (Gédimat).

Mercredi 16 avril

  • JOUR 10 - TENSION À L'OUEST
    Moins de vent que prévu cette nuit. Les cavaliers de l'Ouest ne font pas les fanfarons. Le club des cinq, mené par Bretagne – Crédit Mutuel Performance, progresse au près dans 10 nœuds de vent sous des nuages menaçants. Les équipages vont chercher une bascule qui devrait demain soir leur permettre de descendre sous spi vers les Antilles. Au sud, on se frotte les mains : le vent de nord-nord-est recommence à souffler ce matin. Le clignotant à droite, c'est pour la nuit prochaine ! Ce sera sans doute à Saint-Barthélemy qu'on comptera les points…

Mardi 15 avril

  • MARDI NOIR POUR LES SUDISTES
    A 2 320 milles de Saint-Barth, cette 9e journée de course n'est-elle qu'un épisode ou un véritable tournant dans le conflit qui oppose le camp du nord à celui du sud ? Avantage aux nordistes qui, depuis midi, avancent entre deux et quatre fois plus vite que leurs adversaires méridionaux, actuellement piégés dans une zone sans vent au large des côtes mauritaniennes…

Lundi 14 avril

  • Tous les consurents ont passé la marque virtuelle des Canaries après 8 jours et 7 heures de navigation et sont donc maintenant engagés dans la traversée de l'atlantique. Bon vent !

Dimanche 13 avril

  • À 15h40, c'était au tour de Gildas Mahé et Jean Le Cam d'entamer leur traversée de l'Atlantique, suivis 16 minutes plus tard par Fabien Delahaye et Yoann Richomme.
  • Nicolas Lunven et Eric Peron ont enroulé la marque virtuelle vers 15h25, en deuxième position, soit environ 50 minutes après le leader Gedimat.
  • A 14h35, Thierry Chabagny et Erwan Tabarly ont enroulé en tête la marque virtuelle des Canaries, un point GPS situé à 9 milles au nord de l'île de La Palma.
  • 07h08 Ce dimanche 13 avril sera à marquer d'une pierre blanche dans la 12e édition de la Transat AG2R LA MONDIALE. C'est aujourd'hui que les 14 équipages vont devoir passer le point virtuel obligatoire situé au nord de La Palma. Puis, ils devront faire un choix crucial pour traverser l'Atlantique : faire route vers l'ouest ou vers le sud. Ce matin, la flotte menée par le tandem Gildas Mahé/Jean Le Cam (Interface Concept) progresse au près, et devrait continuer à se regrouper dans les heures à venir. De la pétole les attend de pied ferme. Ce sera sans aucun doute un nouveau départ !

Samedi 12 avril

  • 22h35 La flotte s'est alignée dans le sillage du leader Generali et navigue vent de travers, en direction de la marque de parcours des Canaries. Les premiers y sont attendus dimanche en début d'après-midi. Ce sera alors le premier grand tournant de la course avec d'importants choix stratégiques à opérer : route ouest ou route sud pour rejoindre le terminus de Saint-Barth'.
  • 17h45 Nicolas Lunven, joint au téléphone   :
    « On a une quinzaine de nœuds de secteur est-sud-est. On est au près débridé, à 8,5 nœuds, direction plein sud vers les Canaries. On va chercher une rotation qu'on devrait normalement avoir dans la nuit. Nous sommes sur une section au près. Le vent va refuser, basculer, on va virer de bord.
  • 06h54 CONCENTRATION MAXIMALE
    La flotte était ce matin à 5 h par le travers de Madère… et son dévent (perturbations pouvant être ressenties jusqu'à 100 milles au large !). Autant dire que les équipages prennent en ce moment leur mal en patience dans 5 nœuds de vent oscillant et une mer clapoteuse. Generali toujours en tête garde en permanence un œil dans le rétroviseur. Ses petits camarades se rapprochent. Interface Concept, Gedimat, Skipper Macif et Safran-Guy Cotten se trouvent à moins de 4 milles de son tableau arrière.

Vendredi 11 avril

  • 20h01 - PÉNALITÉS EFFECTUÉES
    Guadeloupe Grand Large 1 , Entreprendre en Cornouaille et Guadeloupe Grand Large 2 ont effectué leur pénalité cet après midi dans le nord de Madère.
    La direction de course a envoyé son rapport au comité de course pour signaler que les trois bateaux avait bien réalisé leur pénalité. Le Comité de Course devra maintenant valider les faits auprès du jury.
  • 08h43 LE RYTHME EST PRIS
    C'est la deuxième nuit à peu près tranquille pour les navigateurs et navigatrices. Les trois skippers joints ce matin (Yoann Richomme sur Skipper Macif, Eric Péron sur Generali et Paul Meilhat sur Safran-Guy Cotten) semblaient avoir la pêche, la voix claire et reposée.
    Le rythme de « croisière » est pris. « On commence à bien prendre notre rythme, on mange bien. On rigole, on ne s'est pas tapé dessus. Sauté de dinde aux pruneaux, risotto de la mer et hier soir du poulet, c'est très bon, on mange bien ! » racontait Eric Péron.

Jeudi 10 avril

  • SOUS DES CIEUX PLUS CLÉMENTS
    Enfin du répit ! Les 14 équipages glissent ce matin tribord amures sur une mer plus lisse et un vent qui ne dépasse pas les 20 nœuds.

Mercredi 09 avril

  • 16 h. Le bateau le + rapide de la flotte est Scutum (12.48 nds)
  • Jour 3 : Fast and Furious
    250 milles au large des côtes portugaises, les 14 équipages de la Transat AG2R LA MONDIALE surfent sous grand spi sur la bordure d'une dépression et plongent cap au sud-sud ouest, en direction des Canaries. C'est la journée du pilotage à grande vitesse sur piste cabossée. Et des placements, à grand renfort d'empannages, pour tenter de conserver du vent, le plus longtemps possible…

Mardi 08 avril

  • Les 14 Figaro Bénéteau 2 s'apprêtent à doubler le Cap Finisterre (fin d'après-midi), une zone de fort trafic commercial. Ils sont dans l'obligation de contourner le DST (Dispositif de Séparation de Trafic) par l'est ou par l'ouest.

Lundi 07 avril :

  • 16 h. Le bateau le + rapide de la flotte est Generali (11.77 nds)
  • FLASH INFO : DÉMÂTAGE DE CERCLE VERT
    A 03h15 ce matin, la direction de course a reçu un appel du CERCLE VERT de Gildas Morvan et Charlie Dalin pour annoncer le démâtage du bateau suite à la rupture du bas hauban.

Lundi 07 avril : LA COURSE À TERRE : RENDEZ-VOUS AU CLUB AG2R LA MONDIALE

L'organisation de la transat a pris ses quartiers parisiens au club AG2R LA MONDIALE sur la barge Liberty à Port Javel, espace qui devient dès aujourd'hui le centre névralgique de la course. 

Dimanche 06 avril : Un départ "musclé" lire la suit 



Lorient. Des skippers guadeloupéens se... par Letelegramme

LES GUADELOUPÉENS : BIZUTHS DE LA TRANSATLANTIQUE lire la suite


Le Team Guadeloupe Grand Large à Lorient par transat-ag2rlamondiale


Le programme de la 12e édition de la transat AG2R par TeBeO


Transat AG2R LA MONDIALE 2014 par penduickSAS

 

 

e


Vendredi 4 avril : Sur France Info, Michel Desjoyeaux, invité exceptionnel de Bernard Thomasson
Affichant plus de 25 victoires à son actif, Michel Desjoyeaux est l'un des navigateurs en solitaire les plus titrés au monde. A deux jours du lancement de la transat, il sera l'invité exceptionnel d'« Histoire de Sports »
vendredi 4 avril à 17h15. Au micro de Bernard Thomasson, il évoquera notamment son histoire, son parcours et ses impressions sur cette course mythique.


30/03/2014 - Quinze navires ont disputé cet après-midi le prologue de la transat AG2R en baie de Concarneau. La victoire revient haut la main à Jean Le Cam et Gildas Mahé. Michel Desjoyeaux et Corentin Horeau terminent deuxième. Les Guadeloupéens Nicolas Thomas et François Guibourdin sont contraints à l'abandon suite au chalutage de leur spi. 


LE CLUB AG2R LA MONDIALE AU CŒUR DE PARIS
Dès lundi 7 avril, le Club AG2R LA MONDIALE ouvrira ses portes à Paris sur la barge « Liberty » au Port de Javel
Ouvert au public tous les jours de 12h à 13h30, il vous permettra d’assister quotidiennement à l’émission « DUOS EN LIVE » animée par Pierre-Louis Castelli et Catherine Pottier.


Les animations pour la transat AG2R vont débuter le samedi 29 mars à Concarneau. La CCI, partenaire de la course, veut axer sa communication sur la pêche fraîche de Concarneau. Des animations, des dégustations auront lieu tous les jours au village transat, dont l'ouverture au public est prévue le samedi 29 mars. 

   

Tableau extrait du site de la Transat AG2R

PlaceBateau / SkipperLatitudeLongitudeVit.CapDist. ButDist. 1er
1SAFRAN - GUY COTTEN 
Gwenolé Gahinet 
Paul Meilhat
Arrivé le 28/04/2014 à 19:17:59,
en 22 jours, 6 heures, 17 minutes et 59 secondes
à la vitesse moyenne de 7.28 noeuds.
2SKIPPER MACIF 
Fabien Delahaye 
Yoann Richomme
Arrivé le 28/04/2014 à 20:24:52,
en 22 jours, 7 heures, 24 minutes et 52 secondes
à la vitesse moyenne de 7.27 noeuds.
330 CORSAIRES 
Alexia Barrier 
Laurent Pellecuer
Arrivé le 28/04/2014 à 20:54:56,
en 22 jours, 7 heures, 54 minutes et 56 secondes
à la vitesse moyenne de 7.26 noeuds.
4LA CORNOUAILLE 
Roland Jourdain 
Martin Le Pape
Arrivé le 28/04/2014 à 20:56:23,
en 22 jours, 7 heures, 56 minutes et 23 secondes
à la vitesse moyenne de 7.26 noeuds.
5GENERALI 
Nicolas Lunven 
Eric Peron
Arrivé le 29/04/2014 à 01:21:57,
en 22 jours, 12 heures, 21 minutes et 57 secondes
à la vitesse moyenne de 7.20 noeuds.
6SCUTUM 
Gérald Veniard 
Jeanne Grégoire
Arrivé le 29/04/2014 à 06:08:37,
en 22 jours, 17 heures, 8 minutes et 37 secondes
à la vitesse moyenne de 7.14 noeuds.
7ENTREPRENDRE EN CORNOUAILLE 
Simon Troel 
Ronan Treussart
Arrivé le 29/04/2014 à 07:37:55,
en 22 jours, 18 heures, 37 minutes et 55 secondes
à la vitesse moyenne de 7.12 noeuds.
8LORIENTREPRENDRE 
Yannig Livory 
Guillaume Farsy
Arrivé le 30/04/2014 à 06:54:37,
en 23 jours, 17 heures, 54 minutes et 37 secondes
à la vitesse moyenne de 6.83 noeuds.
9GUADELOUPE GRAND LARGE 2 
Nicolas Thomas 
François Guibourdin
Arrivé le 30/04/2014 à 07:12:07,
en 23 jours, 18 heures, 12 minutes et 7 secondes
à la vitesse moyenne de 6.82 noeuds.
10BRETAGNE - CREDIT MUTUEL PERFORMANCE 
Corentin Horeau 
Michel Desjoyeaux
Arrivé le 30/04/2014 à 12:31:26,
en 23 jours, 23 heures, 31 minutes et 26 secondes
à la vitesse moyenne de 6.76 noeuds.
11INTERFACE CONCEPT 
Jean Le Cam 
Gildas Mahé
Arrivé le 30/04/2014 à 12:34:20,
en 23 jours, 23 heures, 34 minutes et 20 secondes
à la vitesse moyenne de 6.76 noeuds.
12MADE IN MIDI 
Gwenael Gbick 
Kito De Pavant
Arrivé le 30/04/2014 à 13:09:37,
en 24 jours, 0 heures, 9 minutes et 37 secondes
à la vitesse moyenne de 6.75 noeuds.
13GUADELOUPE GRAND LARGE 1 
Mathieu Forbin 
Arthur Prat
Arrivé le 02/05/2014 à 02:14:29,
en 25 jours, 13 heures, 14 minutes et 29 secondes
à la vitesse moyenne de 6.34 noeuds.
abdCERCLE VERT 
Gildas Morvan 
Charlie Dalin
Abandon
abdGEDIMAT 
Thierry Chabagny 
Erwan Tabarly
Abandon